Crise sanitaire - les conséquences sur l'emploi

Publié le 28 aoû. 2020
Image

La crise sanitaire laisse dans son sillage une situation économique et sociale très préoccupante dans laquelle les entreprises commencent à supprimer massivement des emplois.

Pour s'armer face aux mois à venir, qui vont voir se multiplier les négociations sur les suppressions d'emploi dans les entreprises ou les branches, il est important de comprendre la situation économique dans laquelle nous nous trouvons au sortie du confinement, et de connaitre les outils aux mains des employeurs pour supprimer des emplois.

Crise sanitaire et économique : quelles conséquences sur l'emploi ? 

La crise sanitaire s'est rapidement transformée en crise économique. Alors que la lutte contre le coronavirus bat son plein, de grandes entreprises se sont empressées d'annoncer des centaines voire des milliers de suppressions d'emplois pour rassurer leurs actionnaires. Certaines se servent même de cette crise pour tenter de licencier à moindre frais.


cdi digue contre le chômageIl s'agit ici de dépasser ces effets d'annonces et de faire un premier bilan des politiques publiques menées en faveur de l'emploi durant le confinement et pour accompagner le déconfinement.

Les gouvernements successifs n'ont eu de cesse de flexibiliser le marché du travail et de fragiliser les travailleur-euses, pourtant cette crise révèle une nouvelle fois l'importance de la protection des salariés. Cette protection est un impératif évidemment social mais également économique.

Une nouvelle fois, les travailleur-euses précaires ont été les premiers fusibles de cette crise et ont servi de variable d'ajustement aux entreprises.

Vous trouverez ici notre analyse relative aux conséquences de la crise sanitaire sur l'emploi.

Les outils à la main des employeurs pour supprimer des emplois

Les PSE ne sont pas les seuls mécanismes à la main des employeurs pour supprimer des emplois. Depuis des années, les réformes successives ont multiplié des possibilités de suppression d’emplois en dehors de tout motif économique, en passant par la négociation collective (rupture conventionnelle collective, accord de performance collective ...). Plus récemment, le gouvernement a aussi créé un nouveau dispositif appelé « activité partielle spécifique », comme nouvel outil de chantage à l’emploi. Dans le cadre de la crise actuelle, les entreprises se saisissent de ces possibilités.

Sans remettre en cause nos fondamentaux et notre opposition sans faille aux suppressions d’emploi et au principe même de la négociation de ce type d’accord régressif, il est urgent d’outiller juridiquement et revendicativement les camarades et les organisations sur ces questions complexes. Pour mieux se défendre et gagner, il est indispensable de connaître les mécanismes auxquels le patronat va confronter nos syndicats.


Vous trouverez ici une note qui a pour objet de accord suppression emploiprésenter très succinctement les grandes lignes des régimes juridiques de chaque accord, en particulier sur ce qui les distingue les uns des autres, sur la manière dont ils peuvent s’articuler, voire se superposer, et en insistant sur quelques points de vigilance ou des pistes revendicatives.

Vous pouvez également télécharger ici un tableau résumant les différents accords de suppression d'emploi ou de chantage à l'emploi. 

tableau comparatif

 

Repère revendicatif