Crise de l'hôpital public

La pandémie a révélé au plus grand nombre que notre système de santé est exsangue. L'hôpital public est le symbole de cette casse théorisée par les libéraux, et mise en oeuvre par les gouvernements successifs. 

Afin de remettre en perspective cette situation, en se basant sur de nombreux ouvrages, nous avions réalisé ce dossier retraçant 40 ans de politique publique ouvrant la voie à une "privatisation insidieuse" de l'hôpital public.

Le gouvernement annonçait alors une énième réforme devant définir notre système de santé pour les 50 ans à venir. Ce plan « Ma santé 2022 », assurait en fait la domination du secteur privé en poursuivant le démantèlement du service public.

Beaucoup d'entre nous, personnel soignants en tête, avait l'intime conviction que ça finirait par "craquer". Personne ne se doutait que cela passerait par une pandémie d'une telle ampleur. Aujourd'hui, personnes ne peut plus nier les dommages mortifères des politiques néolibérales.

Nous espérons que ce dossier nous aidera, une fois cette crise surmontée, à construire le jour d'après en empêchant ce gouvernement, et les suivants, de reproduire leurs erreurs !

Mémo éco Covid - ONDAM, arme de destruction massive de l'assurance maladie

 Alors que la crise sanitaire met la lumière sur les difficultés des hôpitaux, soulevées depuis des années par le personnel hospitalier, ce mémo économique vise à mettre en avant le sous-financement des hôpitaux publics, notamment à travers l'ONDA ...

Mémo éco Covid - La question de la dette des hôpitaux

 Alors que la crise sanitaire met la lumière sur les difficultés des hôpitaux, soulevées depuis des années par le personnel hospitalier, ce mémo économique vise à expliquer la problématique de la dette des hôpitaux, construite de toute pièce par l ...

Mémo éco Covid - La solidarité commence par la taxation du capital et le paiment des impôts

Alors que la crise sanitaire bat son plein, les français montrent toute leur solidarité avec le personnel soignant et tous-tes les travailleurs-euses en première ligne. Le patrimoine des plus aisés reste lui toujours confiné...