Le handicap est un combat syndical : Semaine Européenne pour l'Emploi des Personnes Handicapées 2022

Semaine Européenne pour l'Emploi des Personnes Handicapées 2022, du 14 au 20 novembre 2022. Crédit photo en Une : ATELIER AU FOND A GAUCHE

En cette nouvelle Semaine Européenne pour l'Emploi des Personnes Handicapées, la CGT rassemble un ensemble de propositions, de travaux et surtout de revendications pour que les questions et les politiques liées au handicap ne soient pas oubliées par un gouvernement trop peu investi.

Que ce soit au travail, dans la vie privée, dans la maladie, les déficiences, la reconnaissance, les luttes; pour soi-même, un proche ou un collègue, le handicap nous concerne tous et fait parti des combats syndicaux.

 

Les besoins
  • En 2021, 2 750 000 personnes souffraient d’au moins une limitation fonctionnelle.

  • En 2018, il y avait 373 000 bénéficiaires de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH), un chiffre en forte augmentation ;

  • n 2018, 1,19 million d’adultes perçoivent l’allocation aux adultes handicapés (AAH), deuxième minimum social après le RSA ;

  • En 2019, 427 000 enfants en situation de handicap étaient scolarisés, une population en besoin d’accompagnement qui ne cesse de grandir (ils.elles représentaient environ 126 000 enfants en 2004).

  • L’Obligation d’Emploi des Travailleurs Handicapés est d’au minimum 6% des effectifs totaux de l’entreprise. Aujourd’hui, le taux d’emploi direct des travailleur.euse handicapé.e.s représente 3,5% de l’ensemble des effectifs concernés ;

  • 29% des entreprises remplissent intégralement leur obligation par l’emploi direct ;

  • Le taux de chômage est de 7,4% pour l’ensemble de la population active au 2ème trimestre 2022, ce taux de chômage est de 14% pour les travailleur.euse.s handicapé.e.s ;

Les revendications CGT
  • égalité des droits et droit effectif à la non discrimination :

 

que ce soit pour les recrutements, les évolutions de carrière, l'accès aux collectifs et aux instances de représentations, le.a travailleur.euse handicapé.e doit être l'égal de tous les travailleur.euse.s. La perte d'autonomie, les problèmes de santé ou la survenue d'une situation de handicap ne doit plus être un élément discriminant dans l'entreprise.

 

  • Le travail s'adapte aux travailleur.euse.s, avec une reconnaissance de la pénibilité :

 

Ce n'est pas à l'humain de s'adapter au travail aliéné par les exigences capitalistes. Cela passe par un renforcement des aménagements des postes, une médecine du travail pouvant remplir ses fonctions, l'interdiction des licenciements pour inaptitudes, des lieux de travail réellement accessibles, un droit à la retraite anticipée etc.

Le travail ne doit pas être source de handicap : il est nécessaire de développer des politiques de prévention en santé au travail et de reconnaissance de la pénibilité.

 

  • La Sécurité Sociale, adaptée aux besoins des personnes en situation de handicap :

 

La 5ème branche Autonomie ne respecte ni les principes, ni la philosophie, ni le fonctionnement propre de la Sécurité Sociale. Elle ne crée rien et ne permets pas de répondre aux besoins passées et futures. La 5ème branche doit être intégrée à la branche Maladie, au titre du soin, de l'autonomie et de la santé en générale, là où les besoins liés au handicap peuvent être gérés via les cotisations sociales et les droits conquis.

 

  • L'ouverture aux droits de demain :

 

Que ce soit pour les accompagnants familiaux, l'autodétermination, la place des institutions, les ressources financières et les besoins de compensation ou même le droit à la vie intime, il est nécessaire de rester à l'écoute et de porter le débat et le rapport de forces sur les conquis de demain.

C'est dans ce sens que la CGT revendique de porter l'Obligation d'Emploi des Travailleurs Handicapés de 6% à 10%.